Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 20:06

Le Lac sous l'Opéra Garnier

 

 

DANS LES COULISSES de l'Opéra Garnier, la porte qui conduit au sous-sol n'a l'air de rien. Tout le monde passe devant, administratifs et danseurs, sans y porter aucune attention. Seuls les pompiers de service et les techniciens l'empruntent pour faire leur ronde ou rejoindre leur atelier installé dans la cave. Pourtant, si l'on en croit Gaston Leroux, auteur du « Fantôme de l'Opéra », c'est bien par là que se trouvent le fameux lac souterrain et la rivière de la Grange Batelière.

.. Aujourd'hui, ce n'est pas un fantôme qui accompagne le visiteur en quête de sensations. Gilbert Harnay, pompier depuis trente-quatre ans à l'Opéra, chargé de la sécurité, s'est transformé pour l'occasion en guide d'un jour. Trousseau de clés d'une main, torche puissante de l'autre, il descend silencieusement les premières marches qui conduisent au sous-sol. Aucun recoin n'a de secret pour lui. Ici, on entre dans son domaine réservé. Un niveau interdit au public.
Une cave voutée de 2500 mètres carrés
L'escalier de pierre débouche sur les vestiges les plus récents. « Abri A » d'un côté. « Abri B » de l'autre. Aucun coup de peinture n'a effacé les traces de la dernière guerre. Il fallait bien, sous l'Occupation, assurer la sécurité des spectateurs en cas d'alerte. Le lieu est parfait pour cet usage : caves gigantesques, solidité à toute épreuve. La visite peut continuer. Premier couloir. « C'est là que se trouve la réserve d'eau », explique aussitôt le maître des lieux en pointant son doigt vers une banale cage grillagée. « Oui, ajoute-t-il, ce que tout le monde appelle le lac, c'est ici... » Il tourne ses clés dans deux cadenas pas plus gros que ceux d'une armoire de bureau. Il soulève la grille centrale. Puis il donne un coup de torche qui fait apparaître de nouvelles marches métalliques. Un mètre au-dessous du sol, l'eau scintille en effet. Le lac est sous nos pieds ! D'un ton calme, un brin blasé, notre pompier de service fait ses commentaires. « C'est là que les collègues de Paris viennent s'entraîner pour les interventions aquatiques. C'est vrai, tous les quatre ans, pour l'entretien de cette vaste cuve, elle est vidée. On peut alors circuler en bateau sous l'Opéra. Mais cela n'a rien à voir avec un lac. » Dans ce sous-sol, à quelques dizaines de mètres sous l'une des plus belles scènes du monde, pas moins de 10 000 mètres cubes d'eau stagnent tranquillement. Pas même un clapotis pour faire vrai. Ce n'est en fait qu'une immense cuve voûtée de 2 500 mètres carrés. Une réserve d'eau utile pour assurer la lutte contre un éventuel incendie dans l'Opéra. Et surtout, à l'origine, pour maintenir les fondations du bâtiment contre la poussée des infiltrations d'eau, fréquentes dans le sol de la capitale. L'explication est claire, même si elle fait s'écrouler un des plus beaux mythes attachés à ce lieu... Au-delà du roman-fleuve, le seul lac qui prend corps ici, au gré de la programmation des Ballets de Paris, reste le « Lac des cygnes ».

Le Parisien

une construction difficile

En 1862 commence la construction qui s’annonce prometteuse. Or les premiers problèmes apparaissent :

  • un manque de moyen : la somme accordée par le conseil des bâtiments civils est vite dépassée à cause d’une restriction budgétaire qui varie selon les aléas du contexte politique.
  • le plus gros problème a lieu lors de la construction des fondations : à moins de 8 mètres de la surface du sol, ce trouve une nappe phréatique. Les fondations l’atteignent. Le chantier est alors rapidement inondé malgré l’utilisation quotidienne de pompe à eau.

d) le génie de Garnier

Pour vaincre ce problème d’eau, Garnier décide de construire un cuvelage en béton, sorte de grande protection imperméable. On arrête les pompes à eau et surprise : l’eau continue de s’infiltrer  Il faut trouver une autre solution. Garnier fait alors preuve de génie : au lieu de faire en sorte que l’eau ne rentre plus dans le bâtiment,  Garnier la laisse paradoxalement entrer pour remplir totalement la cuve.

L’opéra est constitué, au centre, d’un bâtiment très léger entouré, de part et d’autre, de deux bâtiments lourds. Ainsi, la cuvelage, rempli d’eau, servira à lester le bâtiment central pour stabiliser l’ensemble. C’est une réussite.

 

un réservoir important d’eau

Aujourd’hui, l’eau sous l’opéra n’est plus alimentée par la nappe phréatique mais par le réseau parisien. cette masse d’eau importante peut alors servir de réservoir en cas d’incendie.

Quoi qu’il en soit, la cuve est vidée tous les 10 ans pour inspection.

terrain d’entrainement des pompiers de Paris

L’utilité principale de cette cuve pleine est de servir de terrain d’entrainement pour les pompiers de Paris. En effet, une fois par mois, la brigade des pompiers plonge sous l’opéra.

Les nouveaux pompiers sont même formés ici parait-il.

Ce réservoir reproduit en effet, les parfaites conditions d’un bâtiment inondé avec un dédale de couloirs et une visibilité réduite

 

 

Sources : TF1, Le Parisien et autres sites trouvés sur le WEB

 

Bonne soirée de samedi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

TititeParisienne 17/11/2013 19:41


Oups un peu trop grande ma photo !! tu as vu je l'ai prise avec mon téléphone !!


 



TititeParisienne 17/11/2013 19:37


Bonsoir Chantal,


Un petit coucou avant de passer à table. Alors je n'ai pas vu de ruches au jardin des Tuileries, mais je sais où il y en a. J'irai dans la semaine si il fait beau.


Je te souhaite une bonne soirée, je t'embrasse bien fort, à demain, Véronique



TATOU 18/11/2013 09:26



Bonjour Véronique, Elles sont superbes tes futures petites abeilles ! Prends ton équipement de protection quand tu iras voir les ruches des autres abeilles. Bon mardi. Amitiés. TATOU



Maïté 17/11/2013 17:23


Bravo pour ce superbe exposé !


 


J'ai pris un grand plaisir à le lire  et bien sûr , j'ai beaucoup appris !


Merci !


On apprend  tellement de choss dans un blog !


Surtout les notres , bien sûr !!!


 


Amitiés


Maïté

TATOU 18/11/2013 09:21



Fastoche! Il suffit de surfer sur le Web et on trouve(en principe!) ce que l'on cherche. Bien sûr, ce sont nos blogs qui sont les meilleurs!. Bon mardi. Amitiés. TATOU



TititeParisienne 17/11/2013 06:15


Bonjour Chantal,


Ben ma foi tu connais plus de choses sur Paris que moi ! je ne savais même pas qu'il y avait un lac souterrain sous l'Opéra de Paris ! là je pense qu'il y a de vrais rats, mdr !


Pour en revenir aux ruches à Paris, je savais pour les ruches du Jardin du Luxembourg, mais je ne savais pas qu'il y en avait au jardin des Tuileries, va falloir que je regarde ça de plus
près. 


Tiens voici un lien :


http://www.hr-infos.fr/magazine-savoir-faire/metier/idees-assiette/westin-tout-miel-apres-midi.html





Je vais regarder dans la semaine, si j'en vois je te le dis.


Je te souhaite un très bon dimanche, amitié, je t'embrasse bien fort, Véronique

TATOU 17/11/2013 09:29



Bonjour Véronique, Galère ce matin avec over, accès difficile pour atteindre l'administration de mon blog, puis non prise en compte de mes réponses aux coms. Je fais donc une nouvelle tentative.
Pas de mérite! J'avails vu des reportages il y a plus de 4 ans (puisque je suis restée 3ans sans TV) à la télé ou plus récemment, sur les sites des médias: TF1 et Le Parisien et autres... sur le
Web. Tout cela ne vaut pas tes photos. Bon dimanche. Amitiés. TATOU



Présentation

  • : Le blog de TATOU
  • Le blog de TATOU
  • : Sujets variés en fonction d'événements parfois inattendus. Mon blog est apolitique et non confessionnel
  • Contact

Tatou

  • TATOU
  • J'ai 74 ans, je suis retraitée, je m'intéresse à l'expression écrite. Etant sourde, je ne peux communiquer que par écrit. Ici, on ne parle pas ni de religion, ni de politique.
  • J'ai 74 ans, je suis retraitée, je m'intéresse à l'expression écrite. Etant sourde, je ne peux communiquer que par écrit. Ici, on ne parle pas ni de religion, ni de politique.

Texte Libre

Recherche

Pages